j'Martinique
Bienvenue sur le site
de la destination Martinique
CMT > Organisez > Histoire et Culture > Musées et Patrimoine > La maison de la canne
j'M bouger

La maison de la canne

maison de la Canne

Quartier Vatable - 97229 Les Trois-Ilets
Tél: 05 96 68 32 04 - Fax: 05 96 68 42 69
Du mardi, mercredi et jeudi de 8h30 à 17h30. Vendredi et samedi de 8h30 à 17h et le dimanche de 9h à 17h00.

La Martinique, ou trois siècles d'histoire entre une terre, une plante et un peuple.

Installée dans les bâtiments restaurés de l’ancienne distillerie de Vatable, la Maison de la Canne propose un large panorama des rapports multiples et complexes qui se sont établis entre une terre, une plante et un peuple.

La Maison de la Canne a été créée en 1987 par l’Association Martiniquaise de la Maison de la Canne et est devenue Musée Régional en 1991 .
Elle retrace sur plus de deux siècles, l’histoire de l’économie sucrière d’abord dans le cadre de l’habitation esclavagiste puis à partir du milieu du XIXème siècle, dans le cadres des usines centrales (en Martinique, usine = usine à sucre).

La canne à sucre a ainsi marqué de son empreinte hégémonique la plupart des aspects de l’île, forgeant le peuplement et la société, modelant les paysages et les mentalités, inspirant la musique, le roman et le cinéma.
Elle est pleinement, pour la Martinique, plante de civilisation.

Reconnaissace du travail accompli depuis 1987 , la Maison de la Canne a reçu le Trophée de la Valorisation du Patrimoine décerné par le Conservatoire du Patrimoine et remis par la Ministre du Tourisme.

La Canne à Sucre
Originaire de Mélanésie , la canne à sucre est une plante de la famille des graminées.
Elle ressemble à un long roseau entouré de paille et de feuilles coupantes.
Elle mesure plusieurs mètres de haut à maturité.
Au mois de décembre, elle s’orne d’un somptueux plumet blanc, on dit alors que la canne est "en flêche".

Introduite aux Antilles par Christophe Colomb lors de son troisième voyage, la culture de la canne a tout de suite intéressée les colons pour ses propriétés de conservation et d’apports nutritifs.
Puis le sucre devient une denrée d’échange et source d’un commerce très important (Commerce Triangulaire).

Les sucreries étaient très nombreuses sur l’île puisqu’on en dénombrait plus de 117 en 1670 pour atteindre le nombre maximum de 452 en 1742 .
En 1830, avec l’arrivée de la machine à vapeur, les petites sucreries vont disparaitre au profit d’"Usines Centrales" (Soudon, Le Lareinty, Sainte-Marie, Le Galion).
Aujourd’hui seule l’usine du Galion à Trinité fonctionne.

La canne à sucre se consomme :
* Telle quelle, défaite de son écorse, en croquant dedans et en aspirer le jus.
* Broyée pour extraire le jus qui est bu bien glacé avec un zeste de citron vert.
* Raffinée, en sucre blanc ou roux pour une utilisation domestique.
* En sirop pour le ti-punch ou sucrer toutes autres boissons.

Exposition "Emile Bougenot et les Usines Centrales"
Emile Bougenot, ingénieur métropolitain, installateur d’Usines Centrales, sera l’administrateur de 7 des 11 usines qui existaient en 1880, faisant de lui, l’un des plus puissants industriels sucriers de la fin du 19ème siècle.
En épousant le fille unique d’ Eugéne Eustache, riche négociant de Saint-Pierre et propriétaire de l’Usine du Galion à Trinité, il hérite de la Villa qui porte son nom à Fort de France, au 82 rue Victor Sévère.